LA NAISSANCE D’UNE STATION…

COURCHEVEL NAISSANCE D’UNE STATION.

Durant des siècles Saint Bon et le Praz entretiennent et développent leur patrimoine paysan dont les alpages d’ été, qui deviendront des pistes de ski plus tard.
Dans les années 30, les premiers chalets-refuges se montèrent au Praz, Moriond et Courchevel 1550.
En 1932, le ski-club de St Bon vit le jour et peu après Jean Pachod devint le premier moniteur diplômé de la vallée et créa à Moriond, la première école de ski.
En 1935, puis 1938, les premières remontées mécaniques furent envisagées puis abandonnées.
L’idée est reprise à la libération et le site des 3 vallées est retenu par le département. Le maire Francis Mugnier et le conseil municipal signent la vente de leurs territoires communaux au dessus de 1800 m au département, afin de transformer le lieu dit des Tovets en station de ski. Il fallait oser ce pari sur l’avenir … à une époque d’après guerre où on pensait plus à reconstruire dans le villes que bâtir en altitude !
Courchevel est l’exemple de station dite de seconde génération, née sur un site vierge où tout a été crée et inventé avec la volonté de « s’ouvrir sur l’extérieur », un lieu témoin de 60 ans d’innovation en matière d’urbanisation, de construction, d’exploitation et de création.
L’ingénieur des Ponts et Chaussées du département, Maurice Michaud, confia à l’architecte -urbaniste, Laurent Chappis, le plan d’urbanisme de la station. En 1954, Emile Allais prit en main, durant 10 ans, la destinée du domaine skiable et instaura les principes de préparation et d’entretien des pistes.
Première station, Courchevel développa sa toile des remontées mécaniques avec les vallées proches. D’abord dans les années 1950 avec Méribel, puis au début des années 1970 avec Mottaret, les Ménuires et Val-Thorens.